A L’écoute de nos adhérents et Nos réponses

AIDEZ NOUS A NOUS FAIRE PART DE VOS DIFFICULTES DE VOTRE ENVIRONNEMENT EN NOUS DEPOSANT UNE PETITE NOTE ICI, NOUS ESSAYERONS DE VOUS AIDER : CLIQUEZ  CI DESSOUS

mailto:ciqsaintginiezpradoplage@gmail.com

Kameyama PLACE DE L HONNETETE

Le 2023-12-09 15:44, CIQ SGPP a écrit :

Madame la maire,
Nous vous informons que nous recevons toujours des doléances de riverains et d’usagers de cette place à vocation piétonne au sujet de la vitesse des véhicules motorisés qui y circulent encore régulièrement pour des motifs divers (livraisons, taxis, …) et du stationnement.
En effet, l’accès pompiers privé n’est pas fermé hermétiquement contrairement à celui de la ville et permet toutes les intrusions. Après étude de documents et sur site, il apparaît que l’accès aux résidences de cette place (Prado Plage 4, entrées B, C et D et UNICIL entrées 10, 12 et 14) se fait par des garages souterrains et ne nécessite pas, sauf déménagement, livraisons volumineuses, véhicule adapté aux PMR ou de plus de 2m de haut, d’utiliser cette place d’autant que des investissements financiers importantes vont être engagés pour requalifier les lieux et que de nombreux piétons devraient s’y retrouver afin de bénéficier des nouveaux aménagements paysagers qui vont être installés. Les autres résidences de ce quartier disposent de voies dédiées et pour des raisons de sécurité incendie, aucun stationnement n’est autorisé ou ne doit être toléré le long des voies d’accès.
En conséquence, avant que les travaux ne débutent et en prévision de la fin de ceux-ci, nous vous sollicitons pour :
– que la place de l’Honnêteté et ses accès soient inclus dans le dispositif d’aires piétonnes automatisées de manière à sanctuariser la vocation de cet équipement. A défaut, qu’une solution pérenne soit trouvée en lien avec le gestionnaire privé (Siga) pour assurer l’inviolabilité des accès (même aux 2 roues motorisées) et des voies sauf aux besoins urgents et aux demandes justifiées des riverains, des gestionnaires des immeubles donnant sur cette place ou de l’union syndicale;
– qu’un ou plusieurs stationnements soient dédiés sur la place au bout de l’impasse des Mousses pour les véhicules des personnels soignants, ambulances, taxis et livraisons, amenés à intervenir sur ce secteur. Qu’au moins une place soit réservée aux véhicules des PMR sur cette même placette;
– qu’il soit envisagé que ces lieux puissent être placés en cas de besoins, sous vidéo-surveillance compte tenu de l’enclavement et à défaut d’un passage ponctuel des forces de sécurité.
D’autre part, nous vous informons que les riverains de la place de l’Amiral Muselier attendent avec beaucoup d’impatience une solution globale compte tenu des nuisances qu’ils subissent en lien avec le sous-sol (intrusions de SDF, rats, odeurs, déchets,…) ou de la partie en  surface (occupation par des terrasses autorisées ou non) et du désagrément qu’ils subissent depuis de nombreuses années notamment le défaut d’accessibilité par un équipement pérenne et fiable pour les PMR que nous sommes tous à un moment donné.
Très Cordialement,
http://msfr.fr/wp-admin/wp-login.php Pour le bureau du CIQ SGPP

MARSATAC

Le 10/06/2023 à 14:34, Jean-Pierre Chiaroni a écrit :

Madame Desgranges,

J’ai pris connaissance de votre courriel du 7 juin à 14:26 adressé au CIQ qui vous a réclamé,  lors de la réunion de médiation et par mail, l’EINS que vous auriez effectuée l’année dernière.
Avez-vous adressé au CIQ cette EINS ?
Vous écrivez :
A toutes fins utiles, je redis ici que nous partageons avec vous le souci de respecter le cadre règlementaire. Que c’est bien là tout l’objet de l’expérimentation acoustique à portée nationale que nous menons sur Marsatac : trouver les solutions les plus adaptées pour le bon respect de la législation en tenant compte d’un texte complexe – dans sa nature – à appliquer. En complément, je vous renvoie aux travaux de l’association AGI-SON (https://agi-son.org/) qui explicite en quoi le décret « son » (conçu pour un grand nombre d’activités très diverses) est complexe à déployer pour les festivals.
 
 
  1. Si vous souhaitez respecter le cadre règlementaire la solution la plus simple est de respecter le décret 2017-244 du 7 août 2017.
  2. Nous ne vous demandons pas de mener une expérimentation acoustique mais de respecter le décret 2017-244 du 7 aout 2017.
  3. Vous pouvez développer des solutions innovantes et pertinentes mais en attendant nous vous demandons de respecter le décret 2017-244 du 7 août 2017.
 
Que ce texte vous paraisse complexe est une chose. Le respecter en est une autre. Pour cela il y a des spécialistes acousticiens capables de réaliser une véritable EINS et donc vous faire respecter le décret. Il suffit pour cela de mandater un acousticien agrée auprès du tribunal de Marseille et non un acousticien aux ordres. Mais en avez-vous la volonté? J’en doute.
Quant-à l’association AGI-SON elle n’est là que pour servir les intérêts des organisateurs de festivals et faire du lobbying auprès des députés et sénateurs.
 
Je vous informe que j’ai adressé au Maire Benoit Payant ainsi qu’à la Préfète de Police de Marseille une mise en demeure en Recommandé avec Accusé de Réception leur demandant de faire respecter ce décret.
 
Cordialement
Jean-Pierre Chiaroni
Réponse de :

Beatrice marsatac Workspace

Bonjour Monsieur Chiaroni,

Je prends bonne note des informations que vous partagez dans votre mail.

Pour répondre à la question concernant la bonne transmission de l’EINS, et comme déjà partagé avec les représentants des CIQ qui sont nos interlocuteurs principaux, l’EINS a été adressée à l’autorité administrative conformément à l’application du décret.

Cordialement,

 

Le BRUIT SUR LE LITTORAL

De : Corniche kennedy Prado Plage Bonneveine Vieille Chapelle <les4points.urbanisme@gmail.com>
Date: ven. 9 juin 2023 à 14:51
Subject: NUISANCES NOCTURNES DE LA CABANE DES AMIS

Bonjour à tous, 

Benjamin AGUAD annonçait sur La Provence du  SAMEDI 27/05/2023 à 12H29  SORTIES – LOISIRS MARSEILLE 
 

« La cabane des amis » a ressuscité mais sera plus contrainte :
« On a trouvé un terrain d’entente, et on tire même notre épingle du jeu »

La Cabane des amis, qui accueillera 8 dates cet été avec DJ internationaux, est désormais implantée à l’embouchure de l’Huveaune, dans l’axe de la statue du David, avec un ensemble flambant neuf, qui sera démonté l’hiver…

…  Le gérant insistait aussi sur un investissement qui devrait rassurer les riverains : « On a installé un système d’enceintes quadriphoniques, ce qui crée une sorte de bulle sonore, ça sera parfait pour conserver le calme de l’espace cosy et celui des riverains« . Lesquels étaient aussi dans l’esprit de la mairie des 6-8 quand celle-ci a lancé l’appel à manifestation d’intérêt pour ce nouveau lieu, auquel trois entrepreneurs, dont Benjamin Aguad, ont postulé. « On a imposé une jauge à 1 000 personnes, alors qu’à la Cabane des amis ancienne version ça pouvait monter à 1 500 voire plus, puis pour les horaires d’arrêt de la musique on est passé à 23 h en semaine et le dimanche, 23 h 30 le jeudi, et 1 h le vendredi et le samedi. Entre le 13 juillet et fin août, ça sera 1h max pour la musique tous les jours et évacuation à 1h30« , détaille une source municipale. « Quand on ouvre une boulangerie c’est pour vendre du pain, et quand on ouvre un lieu de fête c’est pour faire la fête, bougonnait encore un peu l’entrepreneur, mais franchement, on n’allait pas se battre pour 30 minutes de moins le week-end ! Je suis sûr que quand tout le monde constatera les évolutions sur le niveau sonore, on pourra renégocier… »

Depuis, la fête bat son plein chaque soir pour ce dancing en plein air.

 
Contrairement aux annonces rassurantes de B AGUAD le « système d’enceintes quadriphoniques » ne change rien, les boum boum incessants résonnent jusqu’à 2 heures du matin toutes les nuits de la colline du Roucas-Blanc à la Pointe-Rouge.
 

Les riverains sont-ils pris pour des canards sauvages et par qui ?

 

Combien de riverains ont-ils déjà téléphoné aux services de la police municipale pour faire baisser le son des woofers et boomers ou pour que les heures soient respectées ?

Si vous avez des infos à ce sujet, merci de nous contacter, 

 
Bien cordialement.

 

Au sujet  de la suppression du GOLGF de Borely : La provence du 05mars 2023

Le golf de 9 trous, du parc Borely va disparaitre, cet été.

Je pense que vous êtes au courant c’est dommage, il y avait beaucoup d’inscrits, mais le golf ce n’est certainement pas la tasse de thé de la municipalité !!!!!

L hippodrome est aussi sur la sellette, «  Marsattack » aura plus de place .

Très cordialement.

Denise Lopez

BORNES ELECTRIQUES/ Stationnement

 

LES VOITURES EPAVES

Bonjour

En tant que citoyen résident du quartier, je vous prie de bien vouloir examiner mon avis sur la question citée en objet du présent courriel.
Frappé par une grave chute me privant au moins pour trois mois de la possibilité de conduire, je suis tout récemment obligé de laisser ma voiture dans la rue en face de mon immeuble sans pouvoir la changer de place.
Rien que de ce fait, d’emblée je ne saurais être d’accord avec  l’interdiction contre les « voitures ventouses » (selon vos termes), dont vous êtes en train de  parfaire l’institutionnalisation- si j’ai bien compris – ,  pour deux types de raison, de nature opposée de part et d’autre, à savoir:
1/ IMPOSSIBILITÉ D’EN FAIRE AUTREMENT
Aucune alternative ne nous serait envisageable, puisqu’il n’y a d’abord:
– ni offre de vente/location de garage dans notre immeuble et à proximité immédiate;
– ni aménagement (souhaité) que le pouvoir public aurait pu mettre à la disposition de la population;
– ni choix pour des gens comme nous, devant de temps en temps quitter notre domicile par des moyens de transport moins polluants tels que le train ( c’est à dire laisser la voiture sur place), et ce pour une durée supérieure à 24H, compte tenu soit d’impératifs indépendants de nos volontés, soit d’obligations familiales justifiées.
2/VOCATION DU SERVICE PUBLIC
A l’inverse, le champ est libre et immense pour le pouvoir public de faire autre chose, c’est à dire – au lieu de créer ( parfois sans s’en rendre compte?) davantage de difficultés aux administrés que nous sommes – réserver vos précieux temps, énergie et créativité afin de résoudre les vrais problèmes, bien plus importants, dont les électeurs attendent de vous les solutions.
L’idée d’organiser la vie – et d’en légiférer le fonctionnement – est louable et  belle même, mais le réel n’est pas fait d’idées : l’idée devient l’idéologie, et cela  n’arrange pas la simple existence des gens du peuple.
Je vous en remercie.
Cordialement
Hao BUI DUC
REPONSE DU CIQ
Bonjour,
Nous faisons suite à votre intéressante réponse au sujet des véhicules stationnées abusivement et que l’on nomme « Ventouses ». On aurait pu trouver d’autres terminologies  mais c’est la plus commune.
Ce cas ne vous concerne sans doute pas car comme nous, vous faites sans doute partie des automobilistes prévoyants qui lorsqu’ils stationnent leur véhicule plus que d’ordinaire ou dans une situation particulière, prennent la précaution de laisser leur numéro de téléphone pour être joint en cas de besoin de le déplacer. Nous sommes surpris que vous n’ayez trouvé aucune solution car des propositions sont régulièrement faites et une société propose des stationnements dans les immeubles de la Promenade Pompidou (actuellement en promotion…) car les locataires ne s’y stationnent pas et privilégient la voie publique sans doute pour sa gratuité.
Les VENTOUSES dont nous parlons sont celles qui sont présentes parfois depuis plusieurs semaines, mois ou années au même endroit. Généralement elles cumulent parfois, outre un stationnement abusif, une assurance dépassée comme le contrôle technique depuis peu, l’absence d’une vignette Crit’Air, ZFE-m oblige ainsi que d’autres infractions liées à la non mutation de la carte grise… Certains véhicules sont directement classés dans la catégorie EPAVE et ne répondent pas à cette demande.
Ces véhicules sont :
– parfois volés;
– des nourrices contenant des produits illicites ou volés;
– des repères stratégiques dans une rue ou un quartier;
– des véhicules « oubliés » par leur propriétaire…;
– des véhicules en surnombre dans les foyers.
De nombreuses techniques sont identifiées comme celles de l’utilisation de la voie publique comme :
– show-room;
– dépôt temporaire lors des départs en vacances;
– lieu de stockage pour des activités professionnelles;
– atelier de mécanique sauvage;
– etc…
Si vous disposez d’un stationnement libre dans votre rue, c’est qu’en amont des mesures ont été prises afin d’obvier à l’inconvénient d’une occupation abusive de la chaussée. Certains quartiers et certaines rues sur Marseille sont gangrenées par ce phénomène. Ces véhicules génèrent par effet cascade, des stationnements anarchiques faute de places disponibles que nous subissons tous.
La voie publique appartient à tous mais des usages détournés sont régulièrement relevés. Combien de véhicules ventouses sont sur Marseille ? Combien de fourrières sont actives et à quelle distance du 8ème arrondissement ?
C’est l’objet de notre message qui n’a aucune vocation à la délation généralisée mais à la recherche de propositions pour éviter que les rues de notre ville ne se transforment en casse automobile à ciel ouvert et à inciter les pouvoirs en charge de cette problématique à développer des solutions concrètes, pertinentes et efficaces en appliquant le discernement que requiert la situation particulière de chaque cas.
Merci pour votre implication et votre soutien.
VOITURES VENTOUSES
Bonsoir ,
Je ne comprends pas votre réponse , cette camionnette est ventouse , la ils ont même mis un matelas sur le pare- brise , car ils ont  coupé les arbres vendredi , et demander d’enlever les voitures , elle n’a pas bougé !
Pouvez- vous  avoir  une action pour la faire enlever !
Merci à vous
À lundi soir
Cordialement
Sylviane GIUDICELLI
MANIFESTATIONS SUR LES PLAGES

Cher Jean-Marie,

Voici le mail que je viens d’adresser au Collectif. J’espère que quelqu’un prendra la relève, vous serez informé de la suite.
Je tiens à vous remercier tout particulièrement et à titre personnel, pour votre engagement et votre éclairage sur ce dossier si difficile …
Bien entendu je remercie toute l’équipe si sympathique et si engagée du CIQ ! 
Je vous dis à bientôt, car j’espère pouvoir venir à la prochaine réunion et vous saluer avant mon départ de Marseille.
Bon WE
Bien amicalement

Bonjour à tous,

Les moyens du Collectif étaient restreints mais nos écrits, nos prises de paroles, nos entretiens avec toutes les parties prenantes ont largement contribué à ce que les revendications des riverains concernant les nuisances sonores produites par les sons amplifiés soient entendues.

Les propos du Maire de secteur lors de la cérémonie des vœux, nous portent à penser qu’il y a une prise de conscience de la problématique, pas totalement satisfaisante, mais en voie d’amélioration.

Retrouvez les voeux du Maire de Secteur pour les quartiers du 8ème arrondissement Nord (mairie-marseille6-8.fr) Cf 7 : 22

Grâce à la pression évidente que nous avons exercée sur tous les acteurs :

1 – La municipalité a été contrainte à tenir compte du décret 2017-1244

Son application est à parfaire, cependant,  les responsables ont pris conscience du rôle qu’ils ont à jouer pour faire respecter le droit à la tranquillité des riverains.  Cependant, les retombées économiques de ces festivals resteront l’argument le plus difficile.

Si les prochaines saisons estivales ne sont pas mieux gérées, c’est sans aucun doute par les urnes que s’exprimera le mécontentement des riverains du Littoral Sud. Et cela, la Municipalité le sait, d’autant que son mandat est largement entamé.

 

2 – DELTA FESTIVAL et MARSATAC ont été contraints à faire intervenir des acousticiens (ce qu’ils ne faisaient pas auparavant) pour réaliser des enregistrements sonores plus poussés. Même s’ils sont insatisfaisants, nous pouvons nous féliciter de l’avancée que nous avons obtenue.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le rapport produit par l’acousticien de DELTA FESTIVAL a été analysé par un professionnel (expert près des tribunaux). Son rapport conclut sur le non respect du décret. 

Au passage, il faut remercier le CIQ St GINIEZ PRADO PLAGE qui a pris en charge le financement de cette analyse.

 

3 – Nous avons obtenu des rapports qui témoignent de l’illégalité de la situation. 

En conséquence, libre à chacun de recourir éventuellement à la justice de manière individuelle ou collective (regroupement de Syndicats de Copropriété pourquoi pas). Ce que ne peut pas faire le Collectif. 

 

3 – Notre pétition a obtenu à ce jour 766 signatures. Elle n’est pas clôturée.

Elle a généré une dynamique, «éveillé » et rassemblé les consciences sur tout le LITTORAL SUD dont les riverains peuvent et doivent adresser des réclamations  au CIQ dont ils dépendent.

Adhérez à votre CIQ,  individuellement ou par le biais de votre syndic de copropriété si ce n’est pas déjà fait !

Ce n’est pas onéreux, c’est surtout une force démocratique !

Faites entendre votre voix pour que vos droits soient respectés et le pouvoir des CIQ maintenu car ils sont un média indispensable.

Le CIQ ST GINIEZ PRADO PLAGE a été le plus actif à nos côtés et nous le remercions vivement.

MODIFICATION DU TRAJET DU BUS 
Le ven. 27 janv. 2023 à 14:18, Madame C L  a écrit :

Bonjour Monsieur,

Comme je vous le disais par téléphone, nous habitons avec nos 4 enfants (9, 7, 4 ans et 9 mois) dans la résidence Eden Roc. A la sortie de l’école, nous utilisons quotidiennement la navette 86 et elle nous ait vraiment indispensable. Nos 2 grands sont à l’école de Provence et le dernier est à l’école Mermoz. Il est extrêmement difficile de se garer au moment de la sortie d’école dans cette zone et c’est beaucoup plus écologique de prendre les transports en commun (étant donné qu’il y aura de moins en moins de voitures dans les centres ville, ce n’est pas le moment de supprimer des bus). Pour descendre jusqu’à leur école, je vais à pied mais pour le retour avec la poussette, les enfants, les sacs à dos très lourds, ce serait une vraie expédition quotidienne de remonter à pied ou de prendre le bus 41, puis le bus 73/74, puis de marcher jusqu’à la résidence. Je l’utilise également souvent lors de mes déplacements dans la semaine pour des courses ou autres et ayant la poussette en plus, cette navette m’aide vraiment beaucoup.
Nous avons appris que la RTM souhaite la supprimer en 2025. Alors que de notre côté, on aimerait que la navette soit plus fréquente au heures de pointe (sortie de classe) car souvent on la rate de peu sur le Prado, on doit attendre 20 min et je peux vous assurer qu’à ce moment là,  elle est vraiment pleine. Pourriez vous m’envoyer les liens des sondages dont vous m’avez parlé afin que l’on puisse y contribuer?
Merci beaucoup d’avance
Bien cordialement
INCIVILITES

Un de nos adhérents nous envoie ce message et ces quelques photographies,

tout le monde connait ce lieu qui mérite sans doute un autre aménagement.

Où passent les piétons ? les handicapés? les trottinettes? les vélos ?

**********************

Comme si nous n’avions pas assez de m… dans notre quartier !!!! !

Régulièrement, sur le rond point du Prado (au pied du grand Pavois) se déroule une brocante. Je n’en connais pas les organisateurs mais la situation peut se résumer ainsi : On ne passe plus ! Vous trouverez quelques photos ci-dessous pour illustrer ces propos.

N’y a-t-il pas sur le 8ème un emplacement plus compatible pour l’organisation de ces manifestations qui de surcroît, participent au blanchiment et à la fraude fiscale, à la prolifération des punaises de lit, à l’écoulement de biens frauduleux ou mal acquis et qui mettent en péril à cet endroit la sécurité des usagers et des riverains ?…

En venant du Prado 1 (c’est la nouvelle extension…)

****************************************

Un de nos amis adhérents, attiré par ce billet humoristique et le texte qui suit attirer notre attention sur la mise en place de la ZFE dans notre quartier : (ZFE👍)

Les Jeux olympiques d’hiver à Pékin se déroulent sur de la neige artificielle. 18.000 vols « à vide » sont effectués par la Lufthansa pour garder ses slots. La coupe du monde de football va se produire dans des stades climatisés dans le désert du Qatar ! Le plus grand paquebot du monde pollue plus que des millions de voitures. Des milliardaires s’envolent dans les couches stratosphériques de notre espace à des conditions « astronomiques ».
Alors que la France ne représente qu’un pour cent de la pollution mondiale, par soucis d’écologie et parce que nos dirigeants n’ont pas eu le courage de prendre des dispositions proportionnées, graduelles et progressives depuis trop longtemps sur toutes les sources de pollution, on va interdit brutalement aux précaires, aux modestes, aux pauvres, à ceux qui ne peuvent pas télétravailler, aux familles nombreuses possédant un véhicule adapté mais plus trop récent, aux handicapés possédant un véhicule aménagé mais ancien, et peut être un jour à tous les autres, de traverser de temps en temps les villes avec leurs vieilles voitures pour aller travailler, pour voir un parent malade, pour se rendre à un rendez-vous important ou à une consultation médicale ou tout simplement pour bouger et sortir de la cité… Ils n’ont qu’à prendre le bus ou rester chez eux, les « sans-dents ». Je veux évoquer les zones à faible émission (ZFE) que le gouvernement impose car l’Europe lui dicte et notamment celle qui va concerner la deuxième ville de France. Personne ne remet en cause la nécessité de prendre des mesures pour la santé humaine. En revanche, c’est la méthode et la précipitation dans laquelle cela va se faire qui interpelle. Avec une superficie 2,5 fois supérieure à Paris ou 5 fois supérieure à Lyon, Marseille n’est pas prête à relever ce défi avant 2025. Sans un réseau de transports collectifs performants et connectés, sans réseau routier structurant, sans piste cyclable digne de ce nom, sans un réseau de recharge, rien n’est envisageable. Sans concertation et sans approbation par les plus impactés, cela va stigmatiser une partie de la population et créer une fracture majeure de cohésion qui est déjà bien présente sur cette ville. Comment va-t-on pouvoir expliquer que l’on peut toujours circuler seul à bord d’un tout-terrain de trois cent chevaux consommant trente litres de carburant fossile en ville, pourvu qu’il soit récent à ceux qui n’en n’auront jamais mais qui doivent continuer à se déplacer sur ce territoire mal desservi avec leur famille. S’il y a une urgence climatique, il y a une urgence sociale à traiter dans la mise en œuvre de cette ZFE. Elle ne doit pas être le prétexte à exclure les plus faibles. Si des effets sont attendus sur la baisse de la circulation et de la pollution, en l’état des choses, on peut réellement en douter tant que certains paramètres ne sont pas résolus ou optimisés. Si les échappements sont nauséabonds, certaines idées peuvent l’être tout autant. Après deux années de pandémie et des contraintes lourdes sur la mobilité qui reste le droit des droits, l’application d’une mesure bête et méchante, basée sur l’âge des véhicules sans tenir compte du contexte est de nature à faire déborder le vase de la contestation sociale et transformer ces zones de forte exclusion, en zone fortement éruptive.  » » » » » » » »’